mars 21 2019

Vol de données via téléphone et lecteur de carte bancaire

L’asbl VSZ veut mettre en garde contre certaines pratiques qu’utilisent les escrocs pour obtenir les données personnelles de leurs victimes et ainsi accéder à leurs comptes bancaires via le lecteur de cartes, mieux connu sous le nom de « Digipass ».

Les escrocs utilisent régulièrement les mêmes méthodes pour arriver à leurs fins. Le Ministère de l’Intérieur signale quatre méthodes auxquelles les escrocs ont régulièrement recours.

Microsoft

Un prétendu collaborateur anglophone de la société Microsoft contacte la victime par téléphone. Cette personne affirme que l’ordinateur de la victime présente des problèmes de sécurisation et l’escroc propose de les résoudre à distance. Il invite la victime à télécharger un logiciel sur Internet pour avoir accès à son ordinateur (télémaintenance). Il propose également l’achat d’un logiciel pour renforcer la sécurisation de l’ordinateur. Il s’agit toutefois d’un logiciel malveillant qui permet à l’escroc d’avoir accès aux données personnelles de la victime. La victime est ensuite guidée à travers différents écrans de paiement où elle doit introduire son numéro de carte bancaire ainsi que le code indiqué par le lecteur de carte bancaire. C’est de cette manière que les escrocs accèdent au compte de la victime.

Appel de la part de la Commission européenne

Ici aussi, la victime est contactée par téléphone. Dans ce cas par un prétendu collaborateur de la Commission européenne. La victime aurait été reconnue comme victime de harcèlement téléphonique et pour cette raison, elle aurait droit à une indemnisation. Pour la recevoir directement sur son compte bancaire, la victime doit se munir de son lecteur de carte bancaire et effectuer les manipulations qui lui sont dictées par téléphone. C’est là que les victimes tombent dans le piège.

Appel de la part du Ministère de la Santé

Cette méthode ressemble à la précédente : un prétendu collaborateur du Ministère de la Santé annonce un remboursement de la part de la mutuelle. La suite est connue. Via le lecteur de carte bancaire, les escrocs ont accès aux données bancaires.

Annonce sur un site de revente

La victime place une annonce sur le site 2ememain.be L’escroc contacte la victime par mail et se montre intéressé par l’objet annoncée, mais dit qu’il préfère l’envoi via la société DHL. La victime transmet un document avec différentes données personnelles sensibles (compte en banque, numéro de téléphone). L’escroc appelle ensuite la victime en se présentant comme collaborateur de la société DHL. Dans ce cas également, la victime est priée d’utiliser son lecteur de cartes et le tour est joué.

Soyez méfiants !

L’asbl VSZ conseille vivement aux consommateurs de ne pas communiquer de données bancaires ni les codes PIN au téléphone ou sur Internet.
Les consommateurs qui se sont fait avoir, doivent prendre immédiatement contact avec leur banque et porter plainte auprès de la police.

Avez vous trouvé cette information utile ?